Comment fabriquer un vivarium de fourmis ?

Les fourmis sont des petits insectes qui forment des colonies de plusieurs milliers d’individus, les fourmilières. Il est possible de les élever en vivarium pour pouvoir observer très facilement leur comportement. Cet élevage de fourmis demande cependant quelques précautions.

Les fourmis, des insectes sociaux et bâtisseurs

Il  existe de nombreuses espèces de fourmis, sur tous les continents. Si les espèces locales mesurent jusqu’à 5 mm, il existe des espèces exotiques dont les individus mesurent jusqu’à 3 cm. Ce sont des insectes fascinants qui ont des fonctions bien précises dans la fourmilière en fonction de leur caste ; elles peuvent être ouvrières, soldates, reines, mâles reproducteurs. Elles sont omnivores, ce sont aussi des prédateurs : leur régime alimentaire est composé principalement de miellat et d’insectes. Ce miellat est fourni par les pucerons de leurs élevages, elles peuvent le stocker dans leur abdomen. Elles communiquent entre elles par phéromones.

Leur observation est très intéressante car elles construisent rapidement un système dense de galeries et de chambres ayant des fonctions bien précises (stockage de la nourriture, stockage des oeufs,  élevage des pucerons…).

 

Les particularités d’un vivarium de fourmis

 

Différents modèles de vivariums à fourmis existent, qui varient considérablement en taille, en nombre d’individus et en matériau. Si des terrariums tout prêts sont disponibles dans le commerce, il est aussi possible de le construire soi-même. 

 

Le choix du substrat du vivarium

 

Deux possibilités s’offrent à vous pour développer une fourmilière en vivarium. 

  • Il est possible de leur fournir un espace composé d’un matériau assez dur, comme du béton cellulaire, et de leur creuser des galeries et des chambres au préalable. Cette plaque de béton sera recouverte d’une vitre pour permettre une bonne visibilité. Des aérations sont nécessaires pour permettre l’évacuation du CO² et un apport en oxygène.
  • Il est aussi possible de leur fournir un matériau plus meuble, comme de la terre ou du sable stérile contenu dans un espace en verre ou en plexiglas. Il existe maintenant pour les vivariums de fourmis un gel nutritif qui peut être utilisé comme substrat : ce gel servira à la fois de nourriture et de matériau pour construire la fourmilière. Ce gel a aussi l’avantage d’être résistant aux moisissures et d’éviter la prolifération de bactéries. Cependant, il est plus adapté à la construction d’une fourmilière temporaire que pour entretenir une colonie entière sur du plus long terme.

Le substrat choisi doit être imputrescible et être un bon vecteur d’humidité ; l’humidité est un paramètre particulièrement important au bien-être de la fourmilière dans un vivarium. Un vivarium pour fourmis est composé de deux parties principales :

  • le nid : c’est le lieu où les fourmis vont creuser les galeries et les salles. 
  • l’aire de chasse.

 

Le nid de la fourmilière

 

Le nid est construit par les fourmis dans le substrat. Si vous avez choisi pour votre vivarium de fourmi de la terre ou du sable, le contenant doit être transparent pour permettre une bonne visibilité. Dans l’idéal, il doit être assez étroit, pour que vous puissiez voir les réseaux de galeries et de salles. Lorsque vous ne l’observez pas, recouvrez le nid d’un carton aux dimensions ou d’un tissu opaque : les fourmis ont l’habitude de travailler dans le noir. Une luminosité excessive et constante provoquerait un stress qui les rendraient inactives.

 

L’aire de chasse des fourmis

 

Ce peut être un endroit du nid un peu à l’écart auquel vous pouvez facilement avoir accès, ou une zone séparée reliée par un tuyau. C’est l’endroit où vous allez déposer la nourriture des fourmis et où elle vont déposer leurs déchets, que vous devez enlever. Les parois de cet espace restent transparentes. Vous pouvez l’aérer régulièrement pour évacuer le surplus d’humidité et de CO².

 

La régulation de l’humidité du vivarium pour fourmis

 

Les fourmis ont besoin d’humidité ; une partie du substrat doit rester très humide. Pour cela plusieurs techniques sont possibles, comme d’immerger une partie de la fourmilière dans l’eau (dans le cas d’une structure en béton cellulaire notamment). Des réservoirs peuvent être installés avec des mèches capillaires composées de coton ou de béton qui vont conduire l’humidité jusqu’au substrat. Ne versez jamais directement de l’eau sur la fourmilière, l’eau inonderait les galeries et les fourmis se noyeraient.

 

Où trouver des fourmis à placer dans votre vivarium ?

 

S’il est possible d’acheter des fourmis dans le commerce, notamment des reines, vous pouvez aussi les prélever dans la nature. Plusieurs précautions s’imposent dans le choix des races de fourmis que vous choisissez : 

  • Pour commencer, vous n’avez pas besoin de prendre plus de 10 à 20 fourmis. S’il est nécessaire d’avoir une reine pour faire prospérer une colonie de fourmis car elle est la seule à pondre des oeufs, quelques spécimens suffisent pour une observation de quelques semaines. Choisissez-les de la même espèce, mais de castes différentes.
  • Construisez le vivarium en fonction de l’espèce que vous pouvez prélever : il est nécessaire de connaître leurs besoins pour déterminer les dimensions, l’apport en humidité de votre vivarium.

 

Comment prendre soin de vos fourmis captives ?

 

Pour maintenir l’écosystème du vivarium en pleine santé, vous devez vous assurer que vos fourmis disposent d’une alimentation suffisante et d’un substrat convenable.

 

Assurer l’alimentation de vos fourmis

 

Pour que votre groupe de fourmis vivent dans de bonnes conditions, vous devez vous assurer de répondre à tous leurs besoins. Elles se nourrissent principalement de glucides ainsi que de sucs de plantes et des matières grasses : vous pouvez leur proposer du miel, de la confiture. Fournissez-leur de temps en temps des morceaux de fruits. Cependant, limitez ces apports en nourriture pour éviter qu’elles ne stockent trop, ce qui favoriserait la moisissure. Elles tirent la plus grande partie de leur alimentation de l’humidité. Si vous envisagez d’accueillir une reine et d’entretenir des larves, vous aurez besoin de leur fournir un apport en protéines, donc des petits insectes fraîchement morts (comme des hémiptères) 

Il est aussi important de noter que les fourmis possèdent deux estomacs, un estomac communautaire et un autre individuel. L’estomac communautaire est le plus grand des deux, c’est ici qu’elle stocke une partie de la nourriture qu’elle mange sous forme liquide et ensuite elle partage le reste avec la reine. Le deuxième estomac, individuel aussi appelé “jabot” est plus petit, lorsque la fourmi a besoin de nourriture, elle va en transférer de son estomac communautaire au jabot et ensuite la digérer.
A noter : Les larves destinées à devenir reine vont recevoir plus de nourriture que les autres.

 

L’entretien du substrat 

 

Enlevez régulièrement les déchets, les aliments non consommés et les fourmis mortes pour éviter le développement de bactéries et d’acariens.

Placez le vivarium dans un pièce à température tempérée sans jamais l’exposer directement au soleil, et évitez de le déplacer pour éviter que les galeries ne s’effondrent. Soyez vigilant à ne pas laisser d’issues ; les fourmis s’échappent vite et facilement en raison de leur petite taille.

x

Faites votre terrarium sur mesure